Ensemble contre la covid

Prenez part au combat contre la covid! La clinique de vaccination a besoin de bénévoles: préposés au stationnement; préposés à l'accueil; préposés à l'enregistrement; préposés à la désinfection. Si l'un ou l'autre de ces postes vous intéresse, veuillez contacter par...

lire plus
Mercredi des Cendres

Mercredi des Cendres

C'est aujourd'hui que le Carême commence!  Avez-vous votre carnet du Carême?  Vous pouvez nous contacter pour en obtenir une copie, faites vite, les quantité sont limitées!  À 16h00, la célébration sera télédiffusée sur le canal communautaire de Cooptel (105 ou...

lire plus
Personnes ressources

Président d’assemblée de Fabrique:

M.Clément Beauchemin 450-532-3454

 

Pour le cimetière:

Nous sommes à la recherche d’un candidat!

Contacter M. Clément Beauchemin au 450-532-3454

 

Cuisine collective:

Mme Monique Côté 819-858-2830

Un peu d'histoire...

Le territoire de la municipalité de Béthanie a d’abord été érigé sous l’appellation du canton d’Ély-Partie-Ouest le 2 Mars 1920, rappelant le nom d’une ville du comté administratif d’Isle of Ely dans le Cambridgeshier en Angleterre soit le nom de Charles Loftus, premier marquis d’Ély.  C’est en 1962 que cette municipalité prendra le nom de Béthanie, adaptation française de Bethany, nom de l’ancien bureau de poste ouvert en 1899 et qui sera fermé en 1915.  Le choix de cette appellation repose probablement sur un motif religieux; la Bible enseigne que Jean-Baptiste baptisait à Béthanie sur le Jourdain.  Or, dès 1796, un pasteur baptiste, le Révérend William Marsh, établissait à Sutton une église baptiste qui devint plus tard le noyau d’un réseau qui s’étendait surtout à Bromont, Stanstead, Hatley, Compton, Ascot.  Comme les églises baptistes préconisaient le baptême des croyants il est ainsi possible que cette thématique biblique ait inspiré cette appellation municipale.

En 1915, les familles établies présentent une requête à l’évêché pour l’obtention d’une paroisse et la construction d’une église catholique.  Cependant, cette construction pose un dilemme: où construire cette nouvelle église?  Le centre de la paroisse se situe aux alentours du cimetière.  Le 8 septembre 1915, Monsieur André Beauregard a offert généreusement un terrain propice à la construction de l’église.  Un autre terrain est offert, pour la même fonction le même jour, par Monsieur François Beauregard.  Monseigneur Olivier Chalifoux, évêque auxiliaire du diocèse de Sherbrooke tranchera en décidant qu’un terrain servira pour la construction de l’église et l’autre pour le cimetière. 

Mgr Paul LaRocque accède à la demande des paroissiens et nomme l’abbé Hector Courtemanche comme responsable de la paroisse.  La paroisse Très-Saint-Enfant-Jésus a été érigée canoniquement et civilement les 8 Octobre 1915 et 13 Janvier 1916 respectivement; les registres ont été ouverts en 1916.  L’abbé Courtemanche célèbrera la messe à l’école en attendant la fin de la construction de l’église.  La bénédiction de l’Église de l’Enfant-Jésus d’Ely a eu lieu le 29 septembre 1917.

Le territoire de cette paroisse est compris dans les limites de la municipalité du canton d’Ély-Partie-Ouest et a été détaché de la paroisse Saint-Joseph (Valcourt).

En 1970, la paroisse Très-Saint-Enfant-Jésus se jumelle à la paroisse Sainte-Anne-de-la-Rochelle et perd son curé résident. En 1996, elle se jumelle à la paroisse Saint-Joseph de Valcourt.  L’église de Béthanie a été vendue en 2007, les coûts d’entretien étant devenus trop élevés, et les regroupements paroissiaux étant commencés dans le diocèse de Sherbrooke.  Finalement, le 31 Décembre 2007, Très-Saint-Enfant-Jésus s’est vue fusionnée à nouveau à Sainte-Marie de Maricourt et Saint-Joseph de Valcourt.  Cette nouvelle paroisse a choisi le nom de paroisse Sainte-Famille de Valcourt en 2011 avec le regroupement d’autres paroisses (Bonsecours, Lawrenceville, Maricourt, Racine, Sainte-Anne-de-la-Rochelle, Valcourt).

Le cimetière est toujours entretenu fièrement.  On peut l’admirer en passant, s’arrêter pour marcher entre les pierres tombales, se recueillir et se souvenir de ceux qui nous ont quittés pour l’éternité.  À l’occasion du 100e anniversaire de fondation, une cloche y a été installée, la cloche originale provenant de l’église ayant été volée deux jours après son installation au cimetière.    Une messe au cimetière est célébrée chaque année au cours de l’été par le curé de la paroisse Sainte-Famille.

Note au sujet des croix de chemin: on trouvait des croix devant nos écoles de rang et quelques maisons.  Maintenant, il en reste seulement trois.  Une de ces croix se trouve à la croisée du chemin Monty et du 10e rang.  Elle est un lieu de pèlerinage en direction de Sainte-Anne-de-la-Rochelle.  Elle est décorée par un cœur rouge et l’inscription INJR (pour Jésus le Nazaréen Roi des Juifs). 

 

Anciens curés

Hector Courtemanche (1915-1921)

Josaphat-Henri Coiteux (1921-1927)

Joseph-Henri Tremblay (1927-1936)

Louis-Gilles Comtois (1936-1939)

Philippe-Adélard Belval (1939-1948)

Edmond Lemire (1948-1953)

Gérard Plourde (adm. par., 1953-1954)

Laetare Vaillancourt (1954-1958)

Euclide Rousseau (1958-1968)

Jean-Marc Pinard (1968-1970)

Daniel Pagé (1970-1972)

Raymond-Marie Morin (1972-1977)

Hubert Paradis, pmé (adm. par., 1977-1986)

  1. P. Germain Racicot, m. afr. (adm. par., 1986-1993)

Alain Roy (1993-1995)

Émile Thibault (adm. par., 1995-1996)

Bernard Rouleau (adm. par., 1996-1999)

Gilles Noël (1999-2010)

 

Curé actuel: Laurent Paré depuis 2010