Merci Solange!

Merci Solange!

Grand Merci à Solange Wilkins : pour toutes ces années de service à l’entretien ménager du presbytère et une partie de l’église, surtout en cette période de pandémie; ça demandait du travail supplémentaire. Grand Merci ! Solange pour ton travail si bien fait. Passe...

lire plus
Hydrangées au cimetière

Hydrangées au cimetière

Hydrangées au cimetière : Si vous avez des disponibilités, c’est le temps de la taille des hydrangées du cimetière. Un coup de main serait très apprécié ! Un bel après-midi au grand air avec des amis pour garder ce lieu de mémoire aussi accueillant et invitant ! Nous...

lire plus

Recrutement de catéchistes

Je profite de cette occasion pour vous rappeler que la catéchèse s’offre à des petits groupes les lundis et mercredis soirs à Valcourt.  Nous aurons besoin de bénévoles pour nous aider à répondre à la demande.  Nous cherchons des personnes capables d’animer les...

lire plus
Personnes ressources

Président d’assemblée de fabrique:

M. Clément Beauchemin au 450-532-3454

 

Président du conseil de gestion:

M. Denis Normandin au 450-532-2390

 

Marguillier:

M. Denis Normandin 450-532-2390

 

Cimetière:

M. Guy Rodrigue au 450-532-2450

 

Secrétariat:

Mme Ghislaine A. Champagne au 450-532-2525

 

Agente de pastorale:

Mme Lyne Moreau au 450-532-6834

 

Comptabilité:

Mme Johanne Vallières au 450-532-6836

 

Conseil de pastorale:

Mme Sylviane Paquette au 450-532-2624

 

Comité des malades:

Mme Madeleine Desmarais au 450-532-2648

 

F.A.D.O.Q.:

Mme Thérèse Brien au 450-532-4219

Un peu d'histoire...

Les premiers colons venus défricher la région arrivent en 1837 et sont de langue anglaise. Suivent les premiers canadiens-français en 1840. Le curé de Bonsecours dessert la mission de 1848 à 1854 dans une chapelle du 4e rang. Le 1er Août 1856, c’est l’érection canonique de la paroisse, nommée Saint-Joseph. A cette époque, le village s’appelle Saint-Joseph d’Ely et relève du diocèse de Saint-Hyacinthe.

Quelques curés se succèdent, et l’abbé Edouard Springer sera le premier à s’établir pour une plus longue période, de 1868 à 1875. A son arrivée, il fait déménager la chapelle plus près du village; une école est érigée qui est aussi utilisée comme bureau de canton, bureau de poste et salle paroissiale. Le curé Springer entreprend en 1869 la construction de l’église actuelle, qui s’échelonne sur quelques années. Mgr Antoine Racine donne la bénédiction officielle le 20 décembre 1877.

L’abbé Louis-Théophile Descarries est nommé curé en 1887, il restera en poste jusqu’en 1909. Il fait terminer l’intérieur de l’église, réparer le presbytère et réaménager le cimetière. La fabrique Saint-Joseph achète un orgue Casavant en 1890, qu’elle fait installer au jubé. La population de Valcourt se chiffre à 1900 cette année-là.

Joseph-Armand Bombardier naît le 16 avril 1907 à Valcourt. Il obtient un brevet d’invention le 29 juin 1937 afin de protéger son système de roues à pignon et de chenilles, inventé en 1935. Le fameux ski-doo Bombardier verra le jour et sera connu à travers le monde, faisant de son célèbre inventeur le précurseur d’une richissime multinationale. M. Bombardier décède en 1964 à l’âge de 56 ans; il est inhumé dans le cimetière derrière l’église de Valcourt. Par la suite, le développement de la municipalité et de la paroisse se fera au même rythme que le développement de l’entreprise Bombardier.

Un lien entre Saint-Joseph et les Canadiens

Feuille d'érable, paroisse Sainte-Famille de Valcourt

Le lien privilégié entre saint Joseph et les Canadiens est tissé depuis la fondation du pays. On pourrait même dire que Joseph a choisi le Canada pour être « sa » terre.

Au début du 17e siècle, la jeune colonie avait besoin d’un puissant protecteur. Le charme et l’excitation de la nouveauté avaient disparu, et la France négligeait la colonie. Les missionnaires, dont Joseph Le Caron, arrivés en 1615 avec Samuel de Champlain peinaient à s’installer et certains colons privilégiaient la traite et le commerce au détriment des besoins de la colonie. Elle était en mode « survie », particulièrement avec les Iroquois qui pouvaient attaquer à tout moment. C’est alors qu’en 1624, en présence des colons, des missionnaires et des Amérindiens, Joseph Le Caron a choisi saint Joseph comme patron du Canada. Ce geste fut d’une importance capitale.

Pourquoi a-t-il choisi saint Joseph comme patron du Canada? Est-ce parce qu’il faisait partie de l’ordre des Récollets, issu de la tradition franciscaine qui accordait une grande importance à Joseph depuis des siècles ? Est-ce par dévotion personnelle, son prénom étant Joseph ? Ou encore en lien avec l’officialisation récente de la fête de saint Joseph, époux de Marie, le 19 mars 1621? Un peu toutes ces raisons, sans doute, mais on ne le saura jamais avec certitude. Cependant, l’inspiration du moment fut très profonde, et la marque, indélébile: Joseph est maintenant le gardien du Canada.

Neuf ans plus tard, Joseph confirmait à nouveau la protection de sa main sur le pays qui naissait. Une nuit, Marie de l’Incarnation, ursuline à Tours, en France, vit en songe un grand pays gardé par un homme en blanc. Elle apprit que cet homme était Joseph, et qu’il gardait le Canada, pays dans lequel Jésus lui demandait d’aller en mission. Mais où trouver l’argent pour une telle aventure ? Concours de circonstances, ou coup de maître de la Providence, non loin de là, Madeleine de la Peltrie faisait vœu à saint Joseph de consacrer sa fortune et sa vie à l’éducation des jeunes Amérindiennes. C’est elle qui finança le voyage de Marie de l’Incarnation et de sa compagne, Marie de Saint-Bernard. Celle-ci promit à saint Joseph de porter son nom s’il exauçait son désir d’aller au Canada: elle fut choisie et, à partir de ce jour, elle prit le nom de Marie de Saint-Joseph. C’est le 22 janvier 1639, fête des épousailles de Marie et Joseph, alors que la communauté était réunie à l’ermitage Saint-Joseph, que la supérieure annonça le départ des deux Marie pour le Canada. Enfin, dernier clin d’œil de Joseph leur protecteur : c’est à bord du voilier Saint-Joseph que les deux religieuses se dirigèrent vers le Canada, où elles donnèrent leur vie pour l’évangélisation et l’enseignement des jeunes Amérindiennes.

Avec un tel héritage, les Canadiens ont saint Joseph dans le sang ! Il n’est pas surprenant que ce peuple ait un rôle à jouer dans une meilleure connaissance et reconnaissance de son importance.

Quelques exemples :

  • En 1923, à l’instigation des évêques du Québec, le nom de Joseph est ajouté aux Louanges divines dans l’ensemble de l’Église.
  • Achevé dans les années 1950, l’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, le plus grand sanctuaire dédié à saint Joseph au monde, attire chaque année des milliers de visiteurs du monde entier qui viennent rendre hommage à saint Joseph.
  • Plus récemment, un groupe d’Albertains a amassé plus de 11 000 $ afin de mettre en musique les litanies de saint Joseph. Leur but est d’honorer leur patron et le faire connaître à travers cette musique.
  • À l’occasion de l’année de saint Joseph et de la fête de son patronage sur le Canada, la Conférence des évêques catholiques du Canada a publié une neuvaine à saint Joseph. La neuvaine se termine le 1er juillet avec un acte de confiance en saint Joseph.

L’histoire n’est pas finie ! Si Joseph le Juste a réclamé le Canada dès sa fondation, ce n’est pas pour l’oublier 400 ans plus tard, et certainement pas en cette année qui lui est dédiée ! En ce 1er juillet 2021, prions Joseph pour notre grand pays.

Saint Joseph, patron du Canada,

Accompagne notre peuple en marche vers ses destinées providentielles. Tu l’as protégé dès son berceau, tu l’as défendu aux heures difficiles de son histoire. Sois-lui favorable aujourd’hui comme tu l’as toujours été.
Rends-lui sa simplicité des origines, sa foi intrépide, ses moeurs admirables.

Sois notre guide et notre protecteur dans l’évolution importante que nous traversons maintenant; garde-nous dans la paix et la charité pour que nous travaillions ensemble au développement de notre grand pays et au progrès de la vie chrétienne sur notre continent.

Que parmi nous se lèvent de nombreux apôtres, afin que tous puissent partager avec nous les grâces de la foi chrétienne. Amen.

Prière d’un auteur inconnu, tirée d’un ancien recueil de prières de l’oratoire Saint-Joseph de Montréal

 

Zone verte:

Notre région passe en zone verte

Cela signifie que le nombre maximum de gens admis à l’Église pour les célébrations est de 250 tout en respectant la capacité maximale de l’église lorsque les personnes sont distanciées de 1 mètre. Il faut porter le masque de procédure et le couvre-visage est nécessaire pendant les déplacements.  Une fois dans votre banc, vous pouvez l’enlever.  Bien entendu, il est demandé de rester à la maison si vous avez des symptômes de covid.